Un possible, impossible, la co-production des connaissances entre science et société : étude de recherches collaboratives entre chercheurs et acteurs dans le cadre du dispositif "Partenariat Institutions Citoyens pour la Recherche et l'Innovation" (PICRI) en Île-de-France.

Auteur(s) : AUDOUX Christine
Paris : Cnam, 2015, 347 p.

Thème : Sciences humaines
Mots-clés : Recherche-action, Financement recherche, Partenariat, Chercheur, Association, Analyse pratiques, Épistémologie
Nature : Thèse
Spécialité : Sociologie
Directeur : Jean-Louis Laville
Annexes : bibliographie, annexes
Format : Grand format

Résumé : La recherche est une activité sociale principalement déléguée aux chercheurs professionnels au sein des laboratoires académiques ou privés, dans une certaine mise à distance du reste de la société. À la faveur du "tournant participatif", des acteurs de la société civile sont invités aux côtés des chercheurs professionnels, par de nouveaux dispositifs de financement de la recherche, à contribuer à la production de connaissances nouvelles dans des domaines d'intérêt sociétal. Que se passe-t-il dans ces recherches collaboratives? Des connaissances scientifiques peuvent-elles y être co-construites ? Et de telles collaborations sont-elles en mesure de renouveler les modes de production de la connaissance déléguée aux chercheurs ? C'est au travers d'un regard qui postule la question de la traduction comme majeure dans l'émergence d'une possible co-construction entre acteurs et chercheurs qu'est conduite cette étude de dispositif de recherche collaborative. La traduction implique des plans multiples de l'interaction qui sont autant des manières de passer entre les registres de connaissances et les intérêts des uns et des autres que des interprétations qu'ils produisent pour leur donner du sens. Cette dimension centrale de la traduction entre des mondes scientifiques et associatifs est abordée dans une double perspective épistémologique. Une première approche issue de la sociologie de la traduction permet de saisir comment acteurs et chercheurs s'associent et relient leurs différentes identités et intérêts, ainsi que leurs savoirs et les différents objets de recherche pour réaliser des inscriptions scientifiques. Il en émerge des agencements collaboratifs dont les configurations plurielles témoignent de conditions de co-construction. Une seconde approche mobilise l'herméneutique de la traduction pour rendre compte des capacités d'interprétation et d'apprentissage qui peuvent émerger de ces collaborations de recherche. Elle place au coeur des interactions les capacités de délibération et de reconnaissance qui orientent les agencements collaboratifs vers une capacité collective de recherche.A l'issue de cette analyse, l'identification de conditions d'interaction favorisant la co-construction de connaissances entre acteurs de la société civile et chercheurs professionnels permet de réinterroger la possibilité d'inscrire, au côté des modes dominants de production scientifique, un mode de coproduction qui participe d'un renouvellement des rapports entre science et société.
Indexation libre de l'auteur : recherche collaborative, société civile, traduction, co-construction, délibération, reconnaissance.

Url : http://halshs.archives-ouvertes.fr/CDFT-CNAM/tel-01625207v1


CoteLocalisationSituation
AUD

Centre de documentation
disponible
Z